Open Nav

Le BFR de mon entreprise, c’est quoi ?

𝑂𝑦𝑒𝑧 𝑜𝑦𝑒𝑧, 𝑎𝑝𝑝𝑟𝑜𝑐ℎ𝑒𝑧 𝑏𝑜𝑛𝑛𝑒𝑠 𝑔𝑒𝑛𝑠 !
Approchez, n’ayez crainte ! Nous allons parler du 𝗕𝗙𝗥😟, mais rassurez-vous, ça ne fait pas mal🤕… enfin je ne crois pas.

C’est quoi le 𝗕𝗙𝗥 ? le Besoin en Fonds de Roulement ! C’est plus clair non ?
Alors en français, le 𝗕𝗙𝗥 c’est tout simplement la trésorerie dont vous avez besoin pour faire tourner votre entreprise.
Il s’exprime en € et est valorisé pour un montant global représentant un besoin de trésorerie annuel.

Gestion de trésorerie

Votre entreprise est soumise à un cycle des ventes. Schématiquement il existe 2 types de cycles de ventes auxquels sont soumises les entreprises :
– celles qui payent leurs fournisseurs avant de se faire payer par leurs clients ;
– et à l’inverse, celles qui obtiennent le règlement de leurs clients avant d’avoir payer leurs fournisseurs.

𝗢𝗻 𝗰𝗼𝗺𝗽𝗿𝗲𝗻𝗱𝘀 𝗮𝘀𝘀𝗲𝘇 𝘃𝗶𝘁𝗲 𝗹’𝗶𝗺𝗽𝗮𝗰𝘁 𝗲𝗻 𝘁𝗲𝗿𝗺𝗲 𝗱𝗲 𝘁𝗿𝗲́𝘀𝗼𝗿𝗲𝗿𝗶𝗲.
Les premières, les entreprises qui doivent payer leurs fournisseurs avant d’être payées par leurs clients, sont celles qui nous intéressent ici.
Ces entreprises vont devoir trouver de la 𝘁𝗿𝗲́́𝘀𝗼 pour honorer leurs dettes fournisseurs en attendant de palper le fruit de leur travail.
La somme que cela représente s’appelle le 𝗕𝗙𝗥.

En phase de démarrage, une entreprise va demander à une banque de lui financer cette trésorerie dont elle ne dispose pas.
Une entreprise plus ancienne peut éventuellement compter sur ses 𝗿𝗲́𝘀𝗲𝗿𝘃𝗲𝘀, sur la trésorerie qu’elle a générée pour financer ce cycle de ventes.
En l’absence de ressources suffisantes pour financer ce 𝗕𝗙𝗥, une entreprise aura malheureusement de fortes probabilités de connaître une fermeture.

Gestion des risques

𝗘𝗻 𝗰𝗼𝗻𝗰𝗹𝘂𝘀𝗶𝗼𝗻 : Le BFR, c’est de la tréso dont vous avez besoin pour faire tourner la machine qu’est votre entreprise. C’est un peu son carburant. Si ce BFR n’est pas financé, comblé, vous prenez des risques.

 


Vous souhaitez monter votre entreprise, ou optimiser sa gestion ? Parlons-en !

QUESTIONS, RÉPONSES ET COMMENTAIRES

You have to agree to the comment policy.

*

*